L’éveil du printemps

Au Québec, l’hiver est long pour le grimpeur de rocher. Deux choix s’offrent à nous : ramasser ses sous et partir en voyage ou se terrer au gym local et tirer sur du plastique. Cette année, j’ai choisi le Noël blanc.

Cette fois-ci cependant, j’ai décidé de voir l’hibernation forcée comme une opportunité de progresser et non de sombrer dans la morosité de la saison! Puisque ça faisait quatre ans que mon niveau était sensiblement le même, j’ai décidé de mettre toutes les chances de mon côté : changer de gym où je m’entraine et suivre un plan d’entrainement.

L’entrainement c’est à la mode ces derniers temps dans le milieu de la grimpe. Beaucoup de grimpeurs ont maintenant leur coach, de précieuses feuilles d’exercices secrètes et des livres d’entrainement obscur importés d’Europe de l’Est qui vont nous rendre des monstres. Plusieurs raisons m’ont poussé à me prendre un coach pour monter mon plan d’entrainement.

Mes méthodes d’entrainement dévoilées

D’abord, pour briser la routine. On a tous nos idées préconçues de l’entrainement en escalade. Par exemple, j’étais très fier de ne jamais être entré dans un gym lever du métal en wifebeater. Même lorsque je lis des livres d’entrainement, j’ai tendance à les interpréter de façon à ce qu’ils viennent appuyer mes points de vue sur l’entrainement. Suivre le plan d’entrainement d’un coach en qui l’on a confiance, ça nous oblige à renflouer certains de nos principes et à sortir de cette zone de confort dans laquelle on finit toujours par retomber.

Ma préconception des gars qui lèvent du métal au gym

Aussi, pour progresser dans ma grimpe, je comptais investir plus de temps que jamais dans l’escalade. J’étais très motivé par l’idée de progresser, mais modifier son rythme de vie ce n’est pas toujours simple à faire, et surtout à conserver sur une longue période de temps. Pour mettre les chances de mon côté, j’ai décidé de me sauver le temps nécessaire pour monter un plan d’entrainement dans lequel je risque de douter chaque fois que je sens une régression.

Je suis donc entré dans les plaisirs de la périodisation tout l’hiver. À voir d’abord mon niveau de grimpe régresser durant le volume, ensuite être frustré de ne pas avoir l’énergie pour toucher à des projets pendant 2-3 mois. Jusqu’au jour où j’ai ma première session de grimpe sans Bulgares, pan Gullich ou combinaisons de tractions lestées. À l’horaire : grimpe en contrôle toute la session. C’est vraiment cette journée que j’ai constaté la progression dans ma grimpe. J’ai l’impression de voler entre les prises. Je bouge dans des projets des monstres du Cave que je ne pouvais pas comprendre auparavant. Ma première progression notable depuis 4 ans.

La neige commence à fondre pendant que je finalise mes affutages et quelques rappels de force. C’est le moment de voir si l’apprentissage sur le plastique se traduit sur le rocher. Ma dernière grosse saison de grimpe dehors remontait à mon voyage à Squamish à l’été 2010, et ça s’est fait sentir à mes premières sorties du printemps. J’ai oublié la texture de la roche!

C’est à Val David il y a 2 semaines où j’ai vraiment pu constater l’impact de mon entrainement. Félix voulait se réchauffer dans la fameuse Traversée de l’Orque. Ce bloc, je l’avais essayée une journée chaude de l’été 2009. Pour moi, c’était plus qu’un réchauffement! Après une dizaine d’essais, je trouve mon bêta, et j’enchaine enfin ce problème! Un défi personnel de réaliser! Je m’en vais rejoindre d’autres grimpeurs sur Brutus. Justement, Félix me niaisait la veille, car je ne l’avais encore jamais enchainé ce bloc. Brutus tombe au 3e essai! Je reviens voir Félix qui travaille Slapping the Belly of a Whale (V10), un des départs bas de la Traversée de l’Orque, pour lui annoncer qu’il doit désormais respect à son grand frère. Je décide aussi d’essayer le bloc. Au troisième essai, je réussis le dyno, qui est le crux du problème, mais je tombe en ramenant la main gauche. Tous les essais subséquents, je n’ai aucune difficulté dans le dyno, mais c’est toujours dans la sortie en V6 que je tombe. Au bout de 8 autres essais, j’enchaine tout le problème! Une belle surprise!

À la fin de la Traversée de l’Orque

Ce qui est vraiment stimulant de ma situation, c’est que je n’ai pas beaucoup grimpé dehors au Québec et j’ai autant de plaisir à résoudre un V6 qu’un V10. Pour moi, ma saison d’entrainement m’a vraiment permis d’augmenter le nombre de blocs dans lesquels je peux aller jouer! Maintenant que j’ai la forme physique, c’est l’expérience et les bonnes stratégies de gestion d’énergie qui sont désormais les clés pour monter mon niveau. À ce niveau, j’ai mes petits frères comme références!

Advertisements

Timing aux Shawangunks

Le timing a une importance particulière en escalade. Étant donné que les performances ne sont pas évaluées par le temps, ce sport nous laisse le loisir de le gérer de la façon qu’il nous plait. J’ai de nombreux souvenirs d’avoir autosaboté des essaies à vues en procrastinant dans un repos, incapable de décider si ça passe à gauche ou à droite. Alors que parfois, il faut ralentir la cadence, prendre le temps de bien placer les pieds, évaluer la situation.

« It’s not so much about the level of strength but the timing of it. »

Début mars, avec cette citation de Fred Nicole en tête, je me dirige vers les Gunks pour la première fois. Félix BM, Julien SF et moi, 3 crash pads, 9 jours et un objectif : grimper les trois V11 classiques des Trapps.

Karajo, le premier de la liste et un des premiers blocs que l’on croise en arrivant aux Gunks. La ligne est un peu une éliminante de l’arrête de droite. C’est l’ajout d’une section bien physique en V9 dans New Pair of Glasses V7 pour un enchainement sans pause d’une douzaine de mouvements au total. Ainsi, l’effort tombe dans la filière de la résistance courte. Il est midi, la neige au sol ne dégèle toujours pas. Je viens de donner un essai infructueux. Par contre, je ne m’empresse pas à en donner un autre. Au contraire, je me repose au soleil. En rési courte, 20 minutes de repos entre les essais permettent de restaurer ses forces. L’essaie suivant en croisant pour la réglette la tête bascule vers l’arrière, mais la main ne se déforme pas et j’enchaine mon premier V11.

Karajo V11

Plus court que Karajo mais toujours très physique et en puissance, Crouching Dragon remonte une rampe dans un gros 70 degrés. Ici c’est une épreuve de force sur 6-7 mouvements dynamiques. Pour réussir ce bloc, il faut se lancer entre les prises sans inhibition. Galvanisé par la réussite de l’avant midi, c’est avec confiance, mais sans attente que je retourne à Crouching Dragon. Je fais les derniers mouvements pour me remémorer la séquence puis, après un ou deux essais manqués au départ, je réussis le crux, et, à ma propre surprise, exécute sans erreur le reste du bloc.

Crouching Dragon V11

Avec ses mauvais slopers, Venus in Scorpio est un bloc à condition. La friction fait toute la différence sur cette arrête légèrement déversante. Étant donné que les derniers jours ont été plus chauds, j’ai préféré grimper d’autres blocs plus faciles. Aujourd’hui, les températures sont de retour à la normale pour un début mars et optimal pour Venus in Scorpio. Par contre, ça fait maintenant plus d’une semaine que l’on grimpe presque tous les jours. Normalement, à ce point du voyage la fatigue accumulée m’empêcherait de grimper quoi que ce soit à ma limite. Toutefois, ces derniers temps, j’ai mis beaucoup d’emphase sur la périodisation de mon escalade. 10 jours d’escalade intense avec peu de jours de repos sont suivis de 10 jours plus relax permettant de récupérer. Du coup, la semaine précédant le voyage a été passé à grimper un jour sur trois seulement. Avec des réserves d’énergie suffisantes, de la météo idéale, et un cri à la réception du bac finale, je complète la triade des V11 de la Carriage Road.

Venus in Scorpio V11

Ainsi, je me retrouve en haut de Venus in Scorpio. Je n’y serais pas si j’avais fermé la main une fraction de seconde trop tard sur la prise finale ou sans avoir pris le quart d’heure de repos avant d’essayer. Il a aussi fallu attendre quelques jours pour que ça colle, tirer avantage d’un état mental favorable et planifier son entrainement sur des mois pour surcompenser au bon moment. En somme, le timing ne se limite pas à la coordination des forces pendant le mouvement, mais s’exerce plutôt à toutes les échelles de temps. Sur ce, je retourne à l’entrainement; j’ai des suspensions lestées à faire.